Quand les plans changent

Au début de l’été (2016), je n’avais plus rien à mon calendrier. Je ne savais plus quoi publier sur les médias sociaux ni où donner mes prochaines représentations. C’est le cas de le dire, j’étais perdu.

Quand je me sens perdu, je vais surfer. Pour moi, il n’y a rien de mieux qu’être assis sur ma planche à contempler les vagues et refaire le monde. Comme je n’avais pas le budget pour me rendre ni aux États-Unis ni en Asie, j’ai décidé d’aller en Nouvelle-Écosse. C’est alors que l’idée de partir en tournée dans les Maritimes est née.

J’ai lancé un appel à tous vers la mi-juin. Peut-être des gens seraient intéressés de participer? À ma plus grande surprise, j’ai reçu deux messages. Un de Gabriel et un de Jérémie.

Gabriel est un ami qui a vu mon spectacle deux fois, dont la deuxième fois avec Marie-Joëlle, sa copine. Les deux se cherchaient une destination où partir en vacances. Ils me proposaient de venir avec moi et de m’aider avec ma tournée. Jérémie aussi avait vu mon spectacle et voulait m’aider. De plus, il a de la famille acadienne qu’il n’avait pas vu depuis 12 ans. Donc pour lui c’était parfait. Il va sans dire que j’ai accepté leur offre avec enthousiasme!

 

img_0447
Photo: Jean-François Plante-Tan

20160724_142139
Photo: Gabriel Lapierre

img_9579
Photo: Jean-François Plante-Tan

 

Lors d’une de nos rencontres préparatoires, l’idée du thème du pèlerinage est née: le gentleman perdu part en pèlerinage dans les Maritimes pour mieux comprendre ce qu’est un vrai gentleman. Mais quelle drôle de bonne idée!

J’étais inspiré! J’avais une idée claire et nette de ce que je voulais faire:
– rencontrer les gens et avoir leur opinion du gentleman
– faire un lib-dub
– faire un vidéo making-of
– prendre des tonnes de photo
– publier tout ça sur les médias sociaux au fur et à mesure que le pèlerinage progressait

Mais il n’y avait pas que les tâches reliées à mon spectacle dans ma liste de tâche. Oh que non!

Je voulais aller aussi à la plage, manger du homard, déguster de la bière locale, rencontrer et échanger avec les locaux, faire du BBQ, aller à la Pays de la Sagouine, rencontrer la famille à Jérémie, voir des paysages. Et j’en passe!

Mettons que la deuxième liste a rapidement pris le dessus sur la première..

 

img_9357
Photo: Jean-François Plante-Tan

 

Ce n’était pas évident pour moi de trouver un équilibre entre travailler et m’amuser. Sans m’en rendre compte, m’amuser était devenu ma priorité alors que mon spectacle était devenu une distraction. Étrange, n’est-ce pas?

Plus les journées s’écoulaient sans accomplir les tâches de ma première liste, plus je stressais. Par moment je prenais le blâme de ne pas être productif. Après tout, c’était de ma faute si je procrastinais, si je ne mettais pas les priorités à la bonne place. À d’autres moments je blâmais (silencieusement) mes amis de ne pas me forcer à me concentrer sur mon projet. Et je suis le premier à l’admettre, ce n’était pas raisonnable de ma part de penser  ça. Le fait même d’y repenser me stresse.

J’étais pris dans un cercle vicieux. Si être perdu avait été un de mes objectifs, alors je l’avais atteint. Heureusement, tout ça changea dès que j’ai mis mes pieds dans l’eau saline de Lawrencetown Beach, en Nouvelle-Écosse.

 

img_7689
Photo: Marie-Joëlle Dorval Robitaille

 

On a passé deux journées magnifiques à la plage. La météo était au rendez-vous et les vagues aussi. Ça été salutaire. Une chance! Car la journée suivante était la plus importante du voyage pour moi: je donnais une représentation le matin à Dieppe puis une en soirée à Caraquet.

Mon premier spectacle a été tout un défi. Je n’avais dormi que 3 heures. J’étais physiquement fatigué et n’avais pas tant envie de donner mon spectacle. Mes amis m’ont pris de côté et m’ont rappelé pourquoi on était là. Ils avaient raison: «on a fait la route exactement pour ça. On est venu ici offrir des représentations dans les Maritimes. On là, fais ta job, sois pro et donne ton show.» Ils avaient bien raison. J’ai pris 5 minutes pour retrouver mon focus. J’ai donné mon spectacle et on s’est tous bien marré!

Une fois le spectacle terminé, on a repris la route pour Caraquet pour la deuxième représentation. Pour une raison quelconque, même si je me sentais encore plus fatigué, j’avais hâte de retourner sur scène. Je pense que c’était l’idée d’avoir bientôt terminé le voyage qui me motivait. Ça aussi, c’est étrange, non?

20160730_210635
Photo: Jérémie Côté

 

Je dois avouer, une fois les deux spectacles terminés, j’étais épuisé. En même temps j’avais l’impression de ne plus avoir de poids sur les épaules. Je venais de prendre conscience combien parfois je mets la barre si haute qu’elle est inatteignable. C’est exactement ça qui m’était arrivé pendant mon voyage. Je voulais trop en faire et l’idée de ne pas atteindre mes objectifs me stressait.

Le soir même on est allé au bar au bord l’eau pour célébrer la fin de la tournée. On s’était fait ben du fun. J’avais l’impression que plus rien n’importait. J’avais mis de côté tous mes objectifs du voyage. Tout ce que je voulais, c’était de profiter de la présence de mes amis et de mes nouveaux amis de Caraquet.

À mon retour, la gang m’a transféré les photos et les vidéos prises pendant notre voyage. Il y avait une tonne! Il y en avait tellement que je ne savais pas comment les trier. Pire, je me sentais un peu tata d’avoir stressé sur ça pendant le voyage.

S’il y a une leçon que j’ai apprise pendant mon pèlerinage dans les maritimes avec mes amis, c’est que parfois, voire même souvent, la vie a un plan pour nous et il faut laisser le temps faire son oeuvre. Quand j’y repense, on a passé un super de beau voyage. On a ri en masse. On a en vécu plein d’anecdotes cocasses. On a pris plein de photos et de vidéos. En plus, on s’est fait des amis partout où on est allé. Sérieusement, je me demande aujourd’hui pourquoi je m’en faisais tellement.

img_7717
Photo: Marie-Joëlle Dorval Robitaille

 

Est-ce que je sais mieux ce que je veux faire prochainement avec mon spectacle? Tout à fait! Je dois avouer par contre que la réponse ne m’est pas venue pendant le voyage ni immédiatement après. Ça m’a pris un deuxième séjour dans les Maritimes pour y arriver. Pour le moment, je ne vais pas en parler, car je préfère définir l’idée davantage. Mais je pense que ça va être très drôle et qu’on va beaucoup s’amuser!

Entre-temps, je vous invite à lire mes autres articles sur mon site. Je continuerai de publier des articles comme celui-ci, mais également des photos et des vidéos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s